Douce et soumise? Non! (et non, c’est non)

Un jour sur trois cent soixante cinq… c’est peu, comme nous le disions dans un article où nous mettions à l’honneur les ouvrages de notre fonds consacrés aux femmes, à l’occasion du 8 mars. A l’approche du 25 novembre, nous faisons de même, avec en plus quelques nouveautés, plus particulièrement liées à la violence que subissent les femmes.

nouveautés femmes2

Tou.te.s à la manif!

mirabalCe 25 novembre, une autre journée met le focus sur les femmes, et plus particulièrement sur une réalité tragique, la violence qu’elles subissent, sous de multiples formes. Longtemps tue ou minimisée, des voix de plus en plus nombreuses et diverses s’élèvent pour dénoncer cette violence. Récemment, les hashtag #metoo et #balancetonporc ont inondé les réseaux sociaux. Ce samedi, c’est dans la rue que la plateforme Mirabal nous attend, pour dénoncer et appeler au changement :

 

STOP aux violences envers les femmes : 

rdv le 25/11 à 14h Gare du Nord à Bruxelles

Pourquoi Mirabal ?

hm1En 1999, l’ONU a proclamé le 25 novembre Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. La date avait été choisie en Colombie, en 1981, par des militant-e-s des droits des femmes en hommage aux trois sœurs Mirabal, combattantes contre la dictature de Rafael Trujillo en République dominicaine, brutalement assassinées le 25 novembre 1960. (lire plus…)

Des femmes en lutte contre la violence des Etats

espace public privéL’origine de cette journée est d’autant plus interpellante que lorsqu’on parle de violences faites aux femmes, on songe d’emblée aux violences conjugales… Reléguer les femmes à la sphère domestique est un modèle qui a la vie dure.

 

freinet2Et pourtant, des femmes qui s’engagent et luttent politiquement, au péril de leurs vies, il y en a! Les sœurs Mirabal (dont l’histoire est contée dans le roman Au temps des papillons de Julia Alvarez, adapté au cinéma) , mais, mais aussi les combattantes kurdes peshmerga, les résistantes contre le régime de Franco (qui font l’objet du roman Voix endormies de Dulce Chacón), etc.

rever-l-obscur-couvLa lutte n’est pas toujours armée. Partisane de l’action directe non-violente, Starhawk est une formatrice et militante altermondialiste et antimilitariste qui se définit elle-même à la fois comme féministe et sorcière néo-païenne. Elle explore une science inventive et festive des rituels, faisant de la dynamique de groupe un outil puissant de lutte. (à découvrir dans son livre : Rêver l’obscur. Femmes, magie et politique)

Violence publique et violence domestique… même combat ?

Il est essentiel de souligner la force du groupe. Reléguer la femme dans la sphère domestique, c’est l’isoler, lui ôter la possibilité de faire une affaire publique de ce qu’elle subit dans l’intimité. Parce qu’elle pense être la seule dans le cas, parce qu’elle se dit que c’est normal, parce qu’on estime que ce qui se passe en privé ne regarde pas les autres… C’est seulement dans les années ’60, que les féministes ont clamé que « Le privé est politique ». En effet, si dans un premier temps le féministe revendiquait l’égalité dans la sphère publique, dans un second temps il s’agissait de faire prendre conscience que les problèmes personnels sont des problèmes politiques qui nécessitent un action collective.

violence conjugale politique

ce dessin et le précédent sont extraits de la BD Le féminisme en 7 slogans et citations 

La lutte continue…

Le mouvement féministe a réussi à obtenir des avancées importantes (droit de vote, droit à avoir un compte en banque personnel, droit à l’avortement…) Malgré cela, il reste bien du chemin à faire, dans divers domaines : des manuels scolaires genrés au féminicides, du harcèlement en rue au viol conjugal, de l’inégalité salariale à l’excision, des propos et images sexistes banalisés à la violence psychologique… Il faut bien sûr agir contre les faits graves, qui portent directement atteinte physiquement à la personne, sans pour autant négliger ce qui permet à ces faits de se produire : une culture qui assigne des rôles aux hommes et aux femmes induisant la domination de l’un sur l’autre. Véhiculée par l’éducation et les médias, elle est ancrée dans l’inconscient et donc malaisée à identifier.

… avec des mots

Le plus important est donc de continuer à parler, à débattre, à mettre des mots sur des malaises, à permettre à ceux qui n’osent pas de faire entendre leur voix (seule 1 victime de viol sur 10 porte plainte!). La lutte pour l’égalité et le respect passe par la dénonciation des violences et des injustices, mais aussi par le dialogue et l’éducation, tant pour les filles que pour les garçons.

Publicités

A propos Centre Doc Alpha

Nous sommes les documentalistes du Centre de documentation du Collectif Alpha. Nous proposons de la documentation sur l'alphabétisation, mais aussi sur la formation d'adultes, l'éducation permanente, l'insertion socioprofessionnelle, l'interculturel, l'émancipation... Notre centre de documentation est ouvert à toute personne intéressée par ces thématiques : formateurs, étudiants, enseignants, travailleurs sociaux, chercheurs...
Cet article, publié dans mobilisation, vivre en société, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s