La suite d’une belle histoire d’amour

En ce jour de Saint-Valentin, une nouveauté en librairie de circonstance pour les Éditions du Collectif Alpha : le Tome 3 de la saga familiale sénégalaise, « Mon destin est entre les mains de mon père ».

couverture-mon-destin-t3

L’histoire d’amour entre Sidi et Goubé connaît de nouveaux rebondissements riches en émotions. Amour et amitié, secrets et mystères, promesses et vengeances, sont mêlées à certains aspects culturels africains tels que l’excision, le mariage forcé, la polygamie,… mais aussi des fondamentaux de l’humanité : la famille, l’amour, le mariage, la maternité,…
(Vous ne connaissez pas encore les tomes 1 et 2 ? Plus d’infos par ici : Tome 1Tome 2)

khadiaL’auteur : Khadidiatou Diallo. Elle est sénégalaise. Elle a appris à lire et écrire au Collectif Alpha à Bruxelles. Elle a fondé le GAMS Belgique asbl dont elle est aujourd’hui présidente.

«  À sa manière, Khadia questionne, voire dénonce, mais sans esbroufe (…) avec humour, émotion et sensualité. » Frédéric Maes, formateur au Collectif Alpha de Saint-Gilles

C’est une histoire d’amour avant tout mais c’est aussi une histoire qui parle du combat des femmes contre les mutilations sexuelles.

« C’est du ‘Barbara Cartland’ militant, un hybride improbable, qu’aucun auteur et qu’aucun formateur n’aurait osé. Mais qui sonne tout à fait juste. » Frédéric Maes, formateur au Collectif Alpha de Saint-Gilles

Excellent outil pour les lecteurs débutants, en alphabétisation comme en FLE.

« Dès que j’ai commencé à lire, j’ai compris et j’étais pressée de connaitre la suite. » Ema, apprenante au Collectif Alpha de Saint-Gilles

… retrouvez plus de critiques de cette série par ICI…

 

Plongez-vous sans plus tarder dans ce roman feuilleton !
En vente à 12€ (22€ pour les 3 tomes) :

Publié dans Interculturel, Publications | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

« Alpha » – film documentaire

… Comme si l’alphabétisation s’adressait à des gens bêtes à qui il suffirait d’enseigner 26 signes…

L’année passée, un documentaire a été tourné au Collectif Alpha… Ce jeudi 30 mars, ce sera l’occasion de le découvrir, de voir la manière dont l’auteur, Robert de Tiège, « révèle ce qui se joue d’intime dans l’apprentissage, à savoir changer, se transformer, travailler son regard sur soi et sur le monde, avec d’autres, accompagnés par des formateurs bienveillants et exigeants. »

Le jeudi 30 mars à 19h30, vous aurez l’occasion de découvrir ce documentaire au Centre Culturel Jacques Franck (Saint-Gilles).
Entrée libre pour tous, mais réservation indispensable pour les groupes.

Si vous souhaitez organiser une projection dans un cadre particulier, nous vous invitons à nous contacter : info [a] collectif-alpha.be

 

 

Publié dans éducation | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Célestin Freinet et la guerre d’Espagne

Le 8 octobre 1966 disparaissait Célestin Freinet. Cinquante ans après sa mort, ses combats pédagogiques et sociaux restent d’une grande actualité : la réalisation d’une éducation réellement populaire et l’ambition d’une pédagogie socialement critique et émancipatrice sont toujours à l’ordre du jour. Ses engagements pour en finir avec « l’école fille et servante du capitalisme » sont aussi les nôtres. [http://www.questionsdeclasses.org/]

À l’occasion de cet anniversaire (qui coïncide également avec les 80 ans du Front populaire en France et en Espagne qui soulevèrent l’enthousiasme de Freinet), le cdoc vous propose ces quelques titres :

freinet1

Le maître insurgé : articles et éditoriaux 1920-1939 / FREINET Célestin
Editeur : Libertalia, 2016 Cote : PEDA THEO fre
Mots-clés : PEDAGOGIE FREINET ; IDEOLOGIE ; PENSEE CRITIQUE
Commentaire : À travers ce choix d’écrits se révèle l’actualité des combats d’un instituteur révolutionnaire qui voulait tout à la fois changer le monde et l’école.

freinet3De Freinet à la lutte antifasciste : Espagne 1936-1939 / DIAZ Marcel
Editeur : Atelier de création libertaire, 2014 Cote : LF TMG dia
Mots-clés : FREINET Célestin ; fascisme ; guerre mondiale — 1939 -1945
Commentaire : Il y a quelques années, un espagnol de 94 ans pousse la porte du local de la CNT 34 pour confier son histoire. Les circonstances de la vie font qu’il fréquentât, en 1930, l’école de Saint-Paul-de-Vence où Célestin Freinet est instituteur… jusqu’au jour où sa famille est expulsée vers l’Espagne, en 1934. Quand arrive la Révolution espagnole, en 1936, c’est avec le même esprit curieux qu’il se retrouve au cœur du conflit. Il rejoint la colonne CNT-UGT Torres-Benedito.
Il a alors 16 ans. Il combattra sur le front de Teruel. Fait prisonnier à Alicante, il est interné au camp d’Albatera puis mit en prison dans le village familial… En 1945, il quitte clandestinement l’Espagne. Soixante-quinze ans après le début de la révolution espagnole, Marcel a voulu témoigner de cette période et celle de son adolescence et de son aventure révolutionnaire.
L’auteur du fameux texte libre sur l’assassinat du Maire de Saint-Paul… c’est lui ! Marcel Diaz. Ce texte, affiché par les adversaires de Freinet (des militants proches de l’Action française) sous le titre « Cet instituteur prétend faire des élèves qui lui sont confiés de futurs bolchevistes (sic) » déclencha le départ de Freinet et une affaire qui fit grand bruit.

freinet2Voix endormies / CHACON Dulce
Editeur : Plon, 2004 (10/18 ; 3907) Cote : LF TXT cha
Mots-clés : TEMOIGNAGE ; guerre mondiale — 1939 -1945; FEMME
Commentaire : 1939. Franco au pouvoir, la répression est terrifiante. Subsistent à peine quelques poches de résistance, réduites au maquis…Quatre femmes sont détenues dans le couvent-prison de Las Ventas, à Madrid. Elles sont tombées pour « délit politique », entendez qu’elles paient le prix de leur engagement. Hortensia, volontaire de la milice et de la guérilla, est enceinte de huit mois quand tombe le verdict de sa condamnation à mort. Elle sera exécutée après la naissance de son enfant. Elvira, seize ans, est la petite sœur d’une des figures de proue de la guérilla. Tomasa a perdu les siens dans des circonstances abominables. Reme complète le groupe.
En dehors de la prison, nous suivons les pas de celles et ceux – sœur, mari, grand-père – qui aiment ces femmes et leur rendent visite. Entre eux aussi se nouent des liens très forts. Dans la plus pure tradition romanesque, une histoire d’amour, contrariée par les circonstances, va même se nouer.
Dulce Chacon a tissé en une fresque historique parfaitement cohérente,  fruit d’un vaste travail de documentation.. Elle l’a fait dans une langue économe, dépouillée, comme pour mieux s’effacer et laisser la parole aux personnages…

Publié dans éducation, mobilisation | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Prendre le temps …

Notre centre de documentation est au 4e étage.
Sans ascenseur.

Régulièrement, nos lecteurs arrivent soufflants et suants
Et il n’est pas rare d’entendre, mi-étonné mi-dépité :
« C’est haut! … mais il n’y a pas d’ascenseur?!? »

Mais qui donc arrive le plus essoufflé?
Cette petite dame bénévole d’un âge avancé?
Ou cette jeune étudiante fringante ?
On est bien souvent étonnés!

La condition physique joue, bien sûr.
Mais aussi l’habitude d’affronter les difficultés :
pas à pas, à son rythme, sans s’épuiser,
…en prenant le temps.

Prendre l’ascenseur permet d’aller plus vite
Mais que fait-on quand il n’y a pas d’ascenseur,
et qu’on n’y a jamais été préparé?

 

Pour bien commencer l’année 2017,
cette petite histoire à méditer
en pensant à tous les ascenseurs
qu’on prend,

qu’on nous fait prendre,
qu’on fait prendre aux autres…

Alors que pour avancer, créer, apprendre réellement
ce ne sont pas les ascenseurs qu’il faut prendre,
c’est le temps!

 

Publié dans éducation, vivre en société | Tagué , | 3 commentaires

Histoires d’antan à raconter au coin du feu…

c3bbacb3Il fait noir, il fait froid… alors on se réchauffe ensemble au coin du feu en écoutant les histoires des anciens.

Vous n’avez peut-être pas de grand-mère sous le coude qui puisse vous conter son passé ? Qui puisse se rappeler comment c’était avant, « pour du vrai ».
Qui vous permette de voir les générations passées sous un autre jour : oui oui, eux aussi ont été jeunes, avec leurs rêves et leurs révoltes, leurs réalités et leurs opinions… parfois tellement éloignées de ce qu’on vit, mais quelques fois tellement proches.
Pas grave. A défaut de feu au coin duquel vous poser avec vos grands-parents, vous pouvez vous plonger sous la couette dans les témoignages publiés par l’asbl Ages et Transmissions accompagne tout senior désireux de devenir un « passeur de mémoire » au travers des groupes « J’écris ma vie ».

Le dernier en date : C’est mon histoire … La Belgique, 1940 – 1975. Sur le site, retrouvez une présentation et des extraits de la dernière publication en date, réalisée à destination d’apprenants en alphabétisation, Français Langue Étrangère et parcours d’intégration … mais riche en découvertes pour les belgo-belges aussi!

couverture_cest_mon_histoire_reduite_copie-e28e0

Et sinon, vous pouvez vous raconter des histoires vécues entre vous, comme les personnages du roman « Rue du chêne » de Veronika Mabardi, lorsqu’ils se retrouvent coincés dans leur rue par la neige.

rue-du-chene-cov-web-th

C’est un roman de la collection de livres pour adultes débutants « La traversée » , chez Weyrich Editions, créée à l’initiative de Lire et Ecrire Luxembourg. Des auteurs belges, soumis à l’œil critique d’ancien analphabètes, écrivent des romans qui permettent  aux lecteurs faibles adultes de prendre du plaisir à lire autrement qu’à travers des ouvrages pour enfants ou des romans ado.

… et vous, quelles sont vos lectures d’hiver ?

 

Publié dans pouvoir des livres, vivre en société | Tagué , , | Laisser un commentaire

Solidarité ou assistanat

les-pauvresL’esprit de Noël se diffuse dans la population lorsque le froid arrive, qu’on prépare les fêtes à grand coup de shopping… et qu’on a une petite pensée pour ceux qui ont moins de chance que nous.
Alors pour se sentir un peu mieux, on est prêt à donner, aux resto du cœur, aux réfugiés, aux SDF dans la rue, aux grands shows médiatisés pour aider les enfants pauvres…

 

Oui mais, en fait, comment ça se fait qu’il y a des enfants pauvres ?
Et comment ça se fait qu’on doive faire « la charité » alors que l’Etat organise depuis quelques décennies déjà la solidarité sociale ?
Des pauvres, il ne devrait plus y en avoir, non? S’ils sont pauvres, c’est leur faute alors ?
Ils devraient trouver du travail plutôt que de vivre sur le dos de ceux qui en ont!
Ah? Ils travaillent et ils sont pauvres … bizarre ça!
Ceux qui en ont le plus besoin d’aide n’en font pas toujours la demande : pas au courant… ou alors, honteux d’être pointés du doigt comme « assistés ».
Pourtant, tout le monde bénéficie de la solidarité organisée par l’Etat, pas uniquement les plus pauvres.

Solidarité, assistanat, charité : ce ne sont pas que des mots, mais des manières d’aider dont la philosophie est très différente, et par conséquence, l’impact global et à long terme aussi.

Voici une petite vidéo pour réfléchir à toutes ces questions, sous forme de données chiffrées traduites en images, suivi d’un interview d’une chef de projet de l’observatoire des inégalités. Il s’agit de la situation en France, mais les principes et questionnements de fond sont valables aussi ailleurs.

Publié dans travail, vivre en société | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Des films qui parlent d’éducation

cemea_affiche_fest_education_web-30-e7250La semaine prochaine a lieu le 1e festival du film d’éducation, organisé par les CEMEA

15 au 18/12/2016, Bruxelles, pendant 4 jour et sur 4 thématiques différentes, vous pourrez visionner des fictions, des documentaires, des courts ou longs métrages qui parlent de trajectoires, d’interactions, de tensions et d’utopie…

Vendredi dernier était présenté à la presse les grands axes du Pacte d’excellence qui vise à réformer l’école en Belgique francophone. Certains y mettent beaucoup d’espoir, d’autres se font moins d’illusions, les uns critiquant la direction que prennent ces réformes, les autres estiment au contraire qu’elles ne vont pas assez loin… Une chose est sûre, c’est que l’enseignement va mal chez nous (l’enseignement en Belgique est pointé du doigt comme un des plus inégalitaires au monde), et qu’il faut faire quelque chose. Pour alimenter vos réflexions, quelques films autour de l’école à découvrir dans ce festival, le jeudi 15 décembre 2016 :

 

Une journée dans la classe de Sophie

SOPHIE BILLARD – France, 2016, 1h20.
Tourné en Février 2016 à Saint Ouen dans une école élémentaire de 15 classes située en Réseau d’Éducation Prioritaire, le film montre une classe de CP-CE2 avec des enfants autonomes, coopératifs, apprenant parce qu’ils ont des projets, des envies.
Le film est structuré autour d’une journée dans la classe, avec les commentaires de l’enseignante expliquant les outils mis en place pour tendre vers un espace éducatif du 3ème type. Cette pédagogie différente se pense comme un système vivant en développant les langages, le multi-âge, les ateliers permanents.
Débat : Sophie Billard / Bernard Collot / Claire Lebrun

 

Jouer et apprendre le français à l’école

COCOF – Belgique, 2016, 23 min.
Un travail de fin d’études qui débouche sur une expérience entre une ludothèque et une école d’Anderlecht. Au rendez-vous, des regards réciproques qui évoluent, des apprentissages insoupçonnés, des relations nouvelles…
Échange et animation : Secteur Ludothèques de la COCOF

 

Tout s’accélère

GILLES VERNET – France, 2016, 1h23.
Gilles est un ancien trader devenu instituteur dans le 19ème arrondissement de Paris. Il s’interroge avec ses élèves de CM2 sur l’accélération vertigineuse de notre monde.
Fasciné par leurs réflexions sur notre mode de vie et notre rapport au temps, il décide de les filmer puis d’aller à la rencontre d’experts du sujet. Pourquoi nos sociétés recherchent-elles toujours plus de croissance ? A quel impératif obéit cette accélération alors même que ces enfants de 10 ans mettent en évidence ses limites ?
Site web du film

 

Mauvais élèves

NICOLAS UBELMANN ET SOPHIE MITRANI – France, 2016, 1h30.
L’Ecole vue du dernier rang de la classe ou quand d’ancien-ne-s cancres racontent leur combat contre le système scolaire. À 14 ans on leur promettait le pire, aujourd’hui ils sont artiste, fonctionnaire ou chef d’entreprise et ils sont heureux. Ils analysent les raisons de leur échec scolaire qui est aussi, selon eux, l’échec de l’école.
Débat : Eric Van der Aa / Jean-Pierre Coenen / Bernard Collot / (Yves Robbaey)

 

Pour aller plus loin, au Centre doc du Collectif Alpha, nous disposons de nombreux ouvrages sur les pédagogies et l’école … venez nous rendre visite.

bakounineNotre récente sélection bibliographique sur les pédagogies libertaires met ainsi en évidence que les innovations autour de l’école et de la manière d’apprendre ensemble ne datent pas d’hier, et que les mouvements anarchistes ont mis en pratique dans ce domaine des idées qui ont fait leur chemin dans les pédagogies « nouvelles » plus connues du grand public…

 

 

 

Publié dans éducation | Tagué , , , , | Laisser un commentaire